• Film d' Eléonore Fauchet  (2007)
     
    Bonjour  à toutes les brodeuses,  vous êtes à l'honneur aujourd'hui ! 
    Pourquoi? comme ça pour le plaisir et pour le joli poème  trouvé chez
    Croixnours . je le trouve très beau et j'aime partager avec vous mes découvertes.
    Avec toute mon amitié
    (j'ai eu beaucoup de déboire avec les différentes positions du texte , des photos pff  je deteste Mr O.B.)

    Chaîne de brodeuses
    si toutes les brodeuses pouvaient se rencontrer

    Quelle immense chaîne cela ferait
    Chaîne de joie car pour broder
    Il faut avoir le coeur rempli de gaîté
    Chaîne d'amour et d'amitié
    Car pour broder chacune préfère être entourée
    Chaîne pleine de gentillesse
    De grands sourires et de tendresse
    Chaîne ayant un brin de charme
    Où l'on ne verrait plus les larmes
    Chaîne empreinte de mélancolie
    Mais avec tellement d'amis
    Chaîne où il n'y aurait plus de classe
    Où tout le monde aurait sa place
    Si toutes les brodeuses pouvaient se rencontrer
    Quelle immense chaîne cela ferait.
    Une belle chaîne d'amitié.









    Partager via Gmail

    votre commentaire




  • Denise Morel, co-autrice des Brodeuses de l'Histoire, un roman sur la tapisserie de Bayeux, nous offre un extrait de son livre:



     

    "Broderie, d’aussi loin qu’il m’en souvienne, ma jeune vie s’est brodée à petits points. Des laids, des malhabiles, des mal venus comptés et recomptés, défaits, refaits, jamais parfaits. Puis, jour après jour ils devinrent gracieux et plus harmonieux, en bon accord avec ce qu’ils devaient être, chacun, l’un après l’autre, l’un près de l’autre, les petits sujets d’une seule chorale chantant la beauté.   
    Un trait de pinceau n’a pas plus de sens qu’un point de broderie seul, mais s’ils sont des milliers disposés avec grâce par le talent de l’artiste, le plaisir de l’œil peut atteindre le bonheur. Pour me donner cœur à l’ouvrage, ma mère me répétait cela souventes fois. J’eus de nombreux bonheurs, des modestes, petits comme ma paume, puis plus grands, à mesure que s’affinait mon savoir-faire. Pour sûr, j’aurais aimé les garder pour moi, ces petites œuvres, mais elles n’étaient que commandes, et je devais leur dire adieu, aussitôt que finies. Pour moi, la récompense était d’avoir gagné quelque argent pour ma famille.



    Il fut long et difficile le chemin qui me mena jusqu’ici. J’avais six ans à peine que déjà ma mère me mettait entre les mains une aiguille et un morceau d’étoffe. Mes doigts à la peau encore si tendre ont gardé longtemps en mémoire le toucher rugueux de ce carré de chanvre. Avec une aiguille à bout rond je devais apprivoiser la matière: dessus, dessous, le fil de laine à gauche, à droite les points, l’ouvrage toujours plus compliqué.


    Pour économiser la laine et le tissu, pauvre Pénélope, je défaisais le soir, ce que le jour j’avais brodé. Je me couchais les yeux brûlés par la fumée de la chandelle de suif, les doigts gourds de froid, blessés par le frottement de la toile et les piqûres de l’aiguille. Le lendemain, je recommençais. Passent les jours, passent les ans, longue patience des brodeuses…
    J’avais oublié depuis longtemps les douleurs de l’apprentissage, et du dé je me servais seulement lorsque les étoffes étaient très épaisses. Quel plaisir c’était, lorsqu’à la belle saison, je m’installais dehors, dans les champs, avec mon tambour ou mon métier ! Azur du ciel, caresse du soleil sur ma peau, odeur et couleurs de la nature: à chaque point, j’enfermais cela sur ma toile."



    Denise Morel et Marie France Leclainche,
    Les Brodeuses de l'Histoire,Coop Breizh, 2006.


    Pour en savoir plus sur l'écriture de ce livre, ou sur la tapisserie de Bayeux...
    http://tapisseriebayeux.over-blog.com



    Je vous souhaite une bonne soirée !    J'aime beaucoup les anciennes publicités , c'est ma façon de vous dire au revoir




    Partager via Gmail

    votre commentaire







  • Nous étions sur le thème de safran l'Afrique

    Voici ma petite interprétation: le rectangle sous le zèbre. J'ai eut du mal avec la toile le lin foncé.



    Il ne reste plus que moi qui est commencé par ma toile et fini par la toile de Tulipe

     Mon thème : les nounours
     La première fois que mon aiguille touchait du lin !!! j'avais choisis une toile Dublin

    Il est prévu qu'il tienne un ballon dans la main gauche.


    Elle est pas magnifique ma future bannière !! 
    Merci! aux copinettes qui m'ont brodés de très jolis Nounours.















    Partager via Gmail

    votre commentaire


  •         

    Sur le blog "Le fil en scène"  Tulipe42 a organisé une ronde sur du  lin !
    Franchement , n'ayant jamais brodé du lin, je n'étais pas très partante....ma NSP  VOLSUL  m'a envoyé de gentils mails pour que je participe à cette ronde.... Je l'en remercie car ce fut une aventure très instructive et malgré ma lenteur , tout c'est très bien passé. Il faut dire que notre groupe était  très sympathique.


        Le thème de Tulipe pour la ronde du lin : Les Anges

       Mon Ange


    Le thème de Volsul Les chats de Marie-Thérèse -de - Saint-Aubain (MTSA):

    Mon chat


    Le thème de Titine32 les coeurs rouges:

    Mon coeur


    Le thème de Shenken , les Initiales de notre nom et le prénom brodé:

    C'est moi !!



    Le thème de Safran, l'Afrique:


       à demain pour la fin de cette aventure






    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  


     Je participe au SALpin de Miconnette .
    En janvier il fallait faire une boule de Noël ( pas eut le temps)
    en février il fallait écrire Noël
    en mars faire une moufle  ou la paire.

      voici ma broderie de février ! 




     Une pensée pour ma copinaute  VOLSUL qui adore les violettes ! 
     elle a des problèmes pour se connecter  en ce moment..... Si tu passes par là Flo , cette photo est pour toi !

    Un grand merci aux oiseaux , grâce à eux,  j'ai un petit carré de violettes dans mon jardin.....




    UN PETIT CHAT

     

    Un petit chat

    Courrait les toits

    Sautant, glissant

    Parfois miaulant

     

    Très vivace

    Seul a la trace

    D'une blanche souris

    Cherchant abri

     

    À force de sauts

    Y laissera t' il sa peau ?

    Même avec neuf vies

    Les chances s'enfuient.

     

    Le voilà tout penaud

    Accroché au poteau !

    Ses griffes lacèrent

    Mais il glisse par terre.

     

    À peine assis

    Déjà reparti

    Mais pour la souris

    Ouf ! C'est fini

     

    Un petit chat

    Rentre par les toits

    Pénètre mes rêves

    C'est comme cela


    Qu'il s'achève...


    auteur  inconnu





    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique