•  

     

     

     

     

     

      3a8b9a70.jpg

     

     

    Mes amies , merci pour tous vos commentaires prenant soin de moi et m'indiquant des médicaments pour aller mieux. Je suis touchée par autant de sollicitude. Merci!
    Vous être si gentilles, que je vous offre un poème sur l'amitié.
     
    Je l'ai trouvé sur un site qui englobe auteurs célèbres, anonyme et poésies enfants.  Je trouve ce poème magique! quel âge a cet enfant, je ne sais pas mais on ne peut qu'être admiratives devant ce poème.

      rqu9dq6f.gif

     

       

                                                           

     



         Amitié est si grande

     

       Amitié si grande
       Qui nous comble telle une offrande
      Amitié si pure
      Qui sait refermer nos pires blessures
      Amitié si belle
      Qui restera en nos coeurs, éternelle
      Amitié si intense
      Qui nous prouve cette magie, si immense
      Amitié si soudée
      Qui ne pourra jamais nous délaisser
      Amitié si infinie
      Qui restera même à la fin de nos vies

    

    

    

     FrolicJohn-20E_-20Kaufmann.jpg

    

    

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • e22d5618 

     

     

     

     

     

    La mère

    Merles, chantez ! Voici ma mère.
    Fleurissez tant que vous pouvez,
    Les lilas et les cerisiers !
    Soleil, faites votre lumière
    Plus bondissante qu'une eau vive !
    Courez, le vent ! Ma mère arrive ;

    Regardez comme les carreaux
    Rient de refléter son image
    Juste au moment où le sureau
    Encadre de fleurs son visage !
    Regardez comme la cuisine
    Pour la recevoir s'illumine !

    Ouvrez toutes grandes les portes.
    Dépêchez-vous, que l'on apporte
    Ici les fruits, le meilleur vin
    Et toutes les fleurs du jardin.
    Voici ma mère maintenant
    Dans la maison de son enfant.

     

                                                                                                     Maurice Carême

     

     

     

      DSCN0189

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •     Bonsoir

     

     

          J'ai envie d'un peu de poésie.    Cette soirée est si agréable , les chiens tournent autour de moi! dépèche-toi , on veut 

    sortir!  il n'y a plus un souffle de vent, il fait doux. Le petit court et joue comme une petit fou, alors que papy Roy vie sa vie en humant toutes sortes d'effluves que seul, lui, peut reconnaître! levant la patte à la moindre brindille.

    Oops ! j'entends notre voisin qui appel Dino. Eux aussi veulent profiter de cette belle soirée!

    J'appel mes fauves, qui, apercevant Dino commence à donner de la voix en courant vers lui! " t'as beau être grand tu nous fait pas peur" du coup c'est moi qui m'égosille dans le vide.  

     Le chien, deux fois et demi plus grand qu'eux  reste imperturbable. et c'est D..... qui levant un pied, freine l'élan de Colin qui

    file comme un seul "chien" dans la cour. Je soupire en me disant mais pourquoi aboient'ils pour rien(dire).

    Bonne promenade avec ton maître, gentil Dino !!!

     

        banniere coeur

     

     

     

      Le jeu de cartes - Maurice Carême

     p

     

     

        Gif Bonne nuit

     

    oème de

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

      titre-poeme.gif

     

     

    Il y a quelques jours, j'ai retrouvé une page de poésie que j'aime beaucoup. Cela fait du bien le rangement de temps en temps! hihi!!

    J'ai écris à Renée G. pour lui demander la permission de mettre ce poème sur mon blog. J'ai reçu une charmante lettre, merci beaucoup! 

    Bien sur ce n'est pas Moïse .  J'ai trouvé qu'il y avait un petit air! de beau chat endormi. 

     

       

     

     

     

    Minet tout doux

     

    Minet tout doux

    Minet tout roux

    Tes prunelles à l'ambre pareilles

    Brillent dans le soleil.

    De mes secrets tu es le confident,

    Tu es un ami fascinant.

     

    Minet tout doux

    Minet tout roux

    Mes doigts glissent dans ta robe de velours

    Tandis que mes yeux se font lourds.

     

    Minet tout doux

    Minet tout roux

    Tes ronrons bercent mes oreilles,

    Tes moustaches caressent ma joue.

    Dans mon cou, s'endort mon beau minou

    Et nos rêves se mêlent, jusqu'au réveil.

     

    Renée G.

    Malijai, samedi 10 décembre 2005

     

     

      Ce poème a été écrit afin de répondre a la demande de la fille d'une amie. Elle cherchait des poésies sur les chats pour un devoir d'école ; j'ai alors eu l'idée de celui-ci qui a été lu en classe.

     Ce texte a finalement concrétisé mon désir d'écrire un petit quelque chose sur mon chat moïse qui es né le 21 avril 1995 par césarienne.

    Ce texte était écrit en dessous la poésie.

     

     

        Au revoir                                                                                                                            Broder hihi!

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •       Bonjour mes amies, je n'ai pas grand-chose à vous montrer en ce moment. Un poème cela vous dit ?

      Remarquer vous n'aurez que le choix d'aimer ou pas! c'est important pour moi. Un nouveau style je crois !!

     

     

     

        Femme

     

     

     

    •      

     

    N'envions rien

    O femme, pensée aimante
    Et coeur souffrant,
    Vous trouvez la fleur charmante
    Et l'oiseau grand ;

    Vous enviez la pelouse
    Aux fleurs de miel ;
    Vous voulez que je jalouse
    L'oiseau du ciel.

    Vous dites, beauté superbe
    Au front terni,
    Regardant tour à tour l'herbe
    Et l'infini :

    "Leur existence est la bonne ;
    "Là, tout est beau ;
    "Là, sur la fleur qui rayonne,
    "Plane l'oiseau !

    "Près de vous, aile bénie,
    "Lis enchanté,
    "Qu'est-ce, hélas ! que le génie
    "Et la beauté ?

    "Fleur pure, alouette agile,
    "A vous le prix !
    "Toi, tu dépasse Virgile ;
    "Toi, Lycoris !

    "Quel vol profond dans l'air sombre !
    "Quels doux parfums ! -"
    Et des pleurs brillent sous l'ombre
    De vos cils bruns.

    Oui, contemplez l'hirondelle,
    Les liserons ;
    Mais ne vous plaignez pas, belle,
    Car nous mourrons !

    Car nous irons dans la sphère
    De l'éther pur ;
    La femme y sera lumière
    Et l'homme azur ;

    Et les roses sont moins belles
    Que les houris ;
    Et les oiseaux ont moins d'ailes
    Que les esprits !

     

     

        Victor HUGO (1802-1885)

     

     

    Trois D digital femmes

     

     

     

     

     

     

     
    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique