•    



    J'ai rejoins la COMMUNAUTE de flo LE JOURNAL DU LUNDI.

      Et bien me voila à mon premier rendez-vous et je regarde non pas, la page blanche, la mienne est noir !
      j'ai le trac ! un journal, cela me renvois à toutes ces années où , pour mon bien, l'on me disait
     d' écrire,  un journal.
     La situation est assez cocasse, c'est l'amitié qui a réussit !  Le pouvoir de l'amitié est sans limite.


      De la fenêtre ce matin je regardais avec joie le soleil et le ciel bleu.  En premier plan ma glycine encore en fleur et plus loin un rosier et mes fushias.
      Je pense à mes petits-enfants . J'ai eu la "grande" du haut de ses 2 ans, au téléphone et elle m' a raconté tous ses derniers potins en me posant plein de questions, le tout dans un charmant désordre que j'avais parfois peine à tout comprendre.
      Je suis pleine de gratitude envers les copines qui viennent visiter mon blog . Mais aussi envers celles qui sont avec moi dans la joie et dans mes peines.
      Vu à la télé: j'ai surfé entre "Urgences" et" Harry Potter" que j'avais déjà vu.
      Je suis en train de créer un père nono pour le SALpin de Miconnette 
      Je vais continuer  le "pur-sang" de chez Annick Abrial. il faudrait que je reprenne " l' abc de Winnie l' ourson " que j'ai délaissé depuis trop longtemps. L' idée c'est de l' accrocher dans la chambre de mon petit-fils avant qu'un léger duvet ne pousse sous son nez....
      Je pense que j'ai tellement de projet en attente , que je peine à en finir un !    j'ai surtout besoin d' un bon coup de pied où je pense , pour me décoller d' internet où je m'égare et broder un peu plus mes projets.
      Je lis une revue que je viens d'acheter "Passion de Fil " .
      Conclusion de ce 1er " Journal du Lundi "  Peut mieux faire....
      *Boudiou !, dans quelle galère je me suis embarquée... hihi!!!



      A lundi prochain,  je vous souhaite une bonne semaine


    ps: pas de Day Book car en BMP.....
    Partager via Gmail

    votre commentaire

  • réponse de l'énigme: bravo vous êtes nombreuses à avoir trouvé

    Si le vent le pousse et l'excite, il dévore tout ce qu'il voit. Son appétit est sans limites mais s'il boit trop, il se noie". Je suis... LE FEU



      Enigme du jour :    
        

    On peut la visiter
    Ou bien la savourer ;
    Mais ce projectile léger
    Peut-être un vrai danger
    Qui est-elle ?

                                                    







    Aujourd'hui pas de poésie mais un conte, adapté d'un conte africain.
    J'ai une grande tendresse pour ce conte! mon petit doigt me dit que vous aussi vous allez l'aimer.......!




                                                          Un ami pour le chat
     


    Dans la savane africaine, le chat s'ennuyait. Il se dit : "Je ne veux pas rester seul. Il faut que je trouve un ami." En passant près du marigot, il entendit une grenouille chanter et il se dit : "Les grenouilles savent beaucoup de choses, j'aurai plaisir à parler avec l'une d'elles." Alors, il dit à la grenouille :
    - Je cherche un ami. Viens près de moi, on va parler tous les deux.
    La grenouille sauta sur la berge près du chat et les voilà qui papotent tous les deux. Au bout d'un moment, une antilope passa en courant, tag-a-dag, tag-a-dag. Elle ne vit pas la grenouille et, sans faire exprès, elle l'écrasa d'un coup de sabot. Crac ! Plus de grenouille. La pauvre !
    Le chat courut après l'antilope en criant :
    - Arrête-toi, arrête-toi !
    L'antilope s'arrêta et le chat lui dit :
    - Moi aussi je cours vite, tu sais; laisse-moi venir avec toi, je cherche un ami.
    Alors ils repartirent tous les deux, en causant comme des amis. Ils ne virent pas un léopard qui se glissait à travers les hautes herbes. Et tout à coup, le léopard bondit sur la gazelle et l'égorgea. Plus de gazelle ! La pauvre !
    Le chat dit au léopard :
    - Nous sommes de la même famille, toi et moi. Assieds-toi, on va devenir amis, tous les deux.
    Le léopard mangea la gazelle, puis il se coucha près du chat et les voilà qui papotent comme deux vieux copains. Mais un éléphant sortit de la forêt et, comme tous les éléphants, il n'aimait pas les léopards. Sans hésiter, il attaqua, et avant que le léopard ait pu s'enfuir, clac ! Il le transperça d'un coup de défense. Plus de léopard ! Le pauvre !
    Le chat dit à l'éléphant :
    - Comme tu es grand et fort ! J'aimerais être ton ami. Approche ton oreille, je vais te dire tout ce que je sais. Et le chat raconta à l'éléphant tout ce qu'il avait appris en parlant avec la grenouille, la gazelle et le léopard. Pendant ce temps, des hommes s'approchaient sans bruit entre les hautes herbes. C'étaient des chasseurs. Ils lancèrent leurs flèches et leurs sagaies contre l'éléphant. Et l'éléphant tomba, mort. Le chat se dit : "Vraiment, je n'ai pas de chance avec mes amis. Ils tombent l'un après l'autre, même l'éléphant qui était si fort. Ces chasseurs sont encore plus forts, je vais aller avec eux."
    Et le chat se glissa derrière les chasseurs, jusqu'au village. Il accompagna le chef des chasseurs jusqu'à sa case où l'attendait sa femme. Dès que l'homme arriva, la femme lui cria :
    - Qu'est-ce que tu ramènes pour dîner ?
    - J'ai tué un éléphant, répondit le chasseur.
    - Ah oui ? dit la femme. Où est sa viande ?
    - Je suis très fatigué, dit le chasseur en s'asseyant, et il fait très chaud. J'irai chercher sa viande plus tard.
    - Non, dit la femme, tout de suite ! Allons, paresseux, lève-toi.
    Et la femme cria tant que l'homme repartit chercher la viande de l'éléphant. Alors, le chat vint se frotter aux jambes de la femme en ronronnant.
    - Mrrrou, mrrrou, toi tu es forrrte, trrrès forrrte. Je serai ton ami, et je te dirai tout, mrrrou, tu veux bien ?
    - Je veux bien, répondit la femme.
    Depuis ce jour, la femme et le chat sont amis. Quand le chat se promène la nuit, il apprend toutes sortes de secrets. Au matin, il vient se frotter aux jambes de la femme et il lui dit tous ses secrets en ronronnant.
    - Mrrrou, c'est toi la plus forrrte, mrrrou.










    Je vous souhaite un bon  wee-kend  du 14 juillet  et un beau feu d'artifice.  Nous nous retrouverons mardi .     Amitiés



    Partager via Gmail

    votre commentaire



  •  Bravo! vous avez encore trouvé la solution, vous êtes trop fortes.

    Petit appel de l'énigme:
    Il est bon quand il est tôt.  Quand il est tôt, il est petit.  Mais aussi il peut être       beau et quand il est tard il est fini.  Je suis...   LE MATIN


    Enigme du jour:


    Si le vent le pousse et l'excite, il dévore tout ce qu'il voit. Son appétit est sans limites mais s'il boit trop, il se noie". Je suis...







    Corse_3 Marie-Paule Lavezzi/Les brodeuses






     Dominant les forêts
    traversant les rivières
    l'été aux yeux de raisin mûr
    marche vers nous dans le soleil

    Jarres d'huile murées
    dans le silence de midi
    les femmes écoutent battre un coeur
    qu'elles ont caché dans cette terre

    Jadis elles débusquaient l'été
    se baignaient nues dans la rivière
    bêtes et flammes les suivaient
    et le vent frémissait
    dans les sentiers
    sous leur regard

    Et sous leurs doigts les soies s'emmêlent
    capturant sources et rumeurs
    destinant cette fièvre
    née du feuillage et des couleurs »


    Marie-Paule Lavezzi, Le Chant des brodeuses, CRDP de Corse, 1988, page 10.

     




    Partager via Gmail

    votre commentaire


  •  BRAVO ! vous avez été nombreuses à trouver la solution. L'énigme était :

     
    Message colporté dans un but malveillant, c'est aussi un sanglier qui a deux ou trois ans". Je suis... RAGOT

     
    qui peut être une RUMEUR et également un SANGLIER.




    L'énigme du jour:

     Il est bon quand il est tôt.  Quand il est tôt, il est petit.  Mais aussi il peut être       beau et quand il est tard il est fini.  Je suis...




    POESIE


    Paysage

    Il y avait un merle blanc
    un merle noir
    Il y avait des fées parmi les pâquerettes.

    Il y avait une abeille blonde,
    une source bleue,
    une rose thé,
    une tulipe chocolat.

    Il y avait une femme
    qui descendait la colline,
    une femme habillée de feu, de laine et d'amour.

    Une mère aux yeux d'iris,
    une mère aux mains de soie,
    une mère coiffée de rêves.

    Et je chantais avec ses lèvres.
    Et je vibrais avec son coeur.

    Il y avait une maison de sucre et de blé.
    Il y avait un abricot mûr sur une fenêtre.
    Il y avait un grand soleil de cuivre roux
    et des iris aux langues d'or.

    Il y avait une femme qui s'approchait de la maison
    et qui caressait l'abricot
    et qui regardait le soleil.

    Une mère aux yeux de violette,
    Une mère aux mains de velours.
    Une mère habillée de brouillard et de larmes,
    De lumière et d'amour.

    Pierre Gamarra


    Je ne connais pas cet auteur mais j'aime beaucoup ce poème.   à demain !




    Partager via Gmail

    votre commentaire




  •     vacances  rime avec jeu : vous connaissez  les enigmes du "père Fourras" !

     tous les jours je vous poserai une enigme et le lendemain je mettrai la réponse. Rassurez-vous il n'y a rien à gagner hihi!!  simplement le plaisir de jouer.

    Si mon idée ne vous plaît pas je le verrai ou plutôt,  je ne verrai rien!  alors plus de jeu .....




    Voici la première énigme:


             Message colporté dans un but malveillant, c'est aussi un sanglier qui a deux ou trois ans". Je suis...

      Réponse ?





       Poésie


    Le temps perdu

    Devant la porte de l'usine
    le travailleur soudain s'arrête
    le beau temps l'a tiré par la veste
    et comme il se retourne
    et regarde le soleil
    tout rouge tout rond
    souriant dans son ciel de plomb
    il cligne de l'oeil
    familièrement
    Dis donc camarade soleil
    tu ne trouves pas
    que c'est plutôt con
    de donner une journée pareille
    à un patron ?


    Jacques PREVERT




       Je ne résiste jamais à un poème de PREVERT.  C'est la mon moindre défaut


    Partager via Gmail

    votre commentaire