•  



        Un peu de poésie


    L'ENCRIER

     


    Cet objet du passé revit sur mon bureau.
    Il vient de mon Grand-Père et je le trouve beau !
    De son ventre ont jailli bien des calligraphies
    Des lettres, des romans ou des biographies ....

    Cet encrier de verre a beaucoup de pouvoir;
    Il n'attend désormais plus que mon bon vouloir.
    Un couvercle d'argent ferme son orifice
    Mais il est toujours prêt à me rendre service.

    Comme hier écrivaient les petits écoliers,
    J'aimerais vous écrire en pleins et déliés.
    Tout mon vocabulaire est dans ce réceptacle.
    Me verra -t-il un jour accéder au pinacle ?

    Cet encrier détient mes projets, mes secrets,
    Il saura vous conter ma vie et ses regrets.
    Grâce à lui pourra naître une oeuvre indélébile.
    Une plume à la main, tout me semble facile.

    Je regrette parfois qu'il ne soit pas plus grand
    Et m'en veux chaque fois qu'il devient transparent !
    Le destin a voulu qu'il échappe à la casse
    Et réponde présent, malgré le temps qui passe.



    BLANCHE MAYNADIER



    J' espère que vous aimerez cette poésie !  avec toute mon amitié.




    Je vous engage à faire un petit tour chez ma copinaute VOLSUL  pour son reportage sur Le Lubéron. Vous ne le regretterez pas .
































    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  


     


       
      
       Dans mes voyages poétiques , je suis toujours à la recherche d' un poème qui vous plaise ! mais cette fois je voulais  
      voyager à travers la poésie. C'est bien le temps des vacances !   Alors partons! sans valise,  dans le seul but de nous faire plaisir. Serez- vous du voyage?


     Commençons par la Provence.




       Elan vers la Provence


       Pour consoler ma peine et trouver le repos,
    J'aimerais m'en aller au pays des cigales,
    Dans quelque lieu désert, où l'on rêve, dispos...

    D'un ciel pur je ressens les intenses fringales
    Il me semble parfois que j'ai le coeur glacé
    Et qu'en mon long voyage, il n'est jamais d'escales.

    Je voudrais un instant oublier le passé,
    Retrouver ce qui donne à tous le goût de vivre
    Dans un espoir heureux et longtemps caressé.

    D'un ruisseau merveilleux qui jaillit et rend ivre,
    Auprès du tapis bleu des lavandes en fleurs
    Et des ajoncs piquants aux corolles de cuivre

    Couleraient sur mon front les dons ensorceleurs
    Effaçant tout-à-coup l'angoisse et la fatigue
    Sous l'éventail ailé des pigeons roucouleurs.

    Embaumé des parfums stagnants dans la garrigue,
    Des fruits piquetés d'or, au feuillage vermeil,
    De la saveur sucré et fraîche de la figue,

    Mon courage endormi trouverait son éveil,
    Et j'aurais, pour chasser un chagrin délétère
    La moisson des beautés qui naissent du soleil:
    Cet oeil de Dieu qui brille exorcisant la terre!


     Hermine Venot-Focké



    Partons à la découverte de cette belle région  


                                                    Les Calanques de Marseille                                                    


    Parc du Mercantour
           



                                                                             
    Les falaises de Cassis



                                                                                    

                                                   Griffes de Sorcière                                                            



    Paysage d' Aix en Provence  qui à beaucoup inspiré CEZANNE natif de cette ville




                                           

                                                          
    Un Marché de Provence.  j' adore !  on ne peux pas partir sans rapporter des souvenirs à offrir  et à s'offrir pour nous rappeler  ce magnifique voyage !                                                             
                                                    
                                                              
                                
                                            
    Une douche pour se rafraichir                                           




    Que diriez-vous d'une petite sieste à l'abri du soleil



     J'espère que vous avez aimé partir avec moi à la découverte de cette très jolie région

     N'hésitez pas à me dire si j'ai fais des erreurs , si c'est le cas veuillez m'en excuser.

       A BIENTÔT  POUR DE NOUVELLES AVENTURES !


    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •   

      
     La famille Vian au complet


                                                                  HOMMAGE A BORIS VIAN



    Boris Vian nait le 10 Mars 1920 à Ville-d'Avray. Son père Paul est rentier, fils de Henri Vian ferronier d'art de son état et Jeanne Brousse, héritière des Papeteries Brousse-Navarre. Malheureusement, ils meurent jeunes, quant au frère de Paul, il est enterré vivant dans un trou d'obus durant la guerre de 14-18 puis interné à Ville-Évrad, et sa soeur se jette sous un bus par dépit amoureux. Paul se retrouve donc seul mais avec une rente suffisante pour vivre bourgeoisement comme il l'a toujours fait. La mère de Boris, Yvonne Woldermar Ravenez (dite mère Pouche), a pour parents Louis-Paul Woldemar, propriétaire, directeur ou administrateur de quelques sociétés industrielles, dont les Pétroles de Bakou et les établissements Decauville. Sa mère Elizabeth Marshall, anglaise, a six enfants. Malheureusement, encore, la mère de Boris Vian se retrouve orpheline très tôt, et en charge de sa soeur Alice.
    Le frère aîné de Boris, Lélio est né le 17 Octobre 1918. Après Boris, vient Alain, le 24 Septembre 1921, et Ninon le 15 Septembre 1924.


    La vie à Ville d'Avray est paisible, on y prône un certain libéralisme, une vie cultivée, mais on refuse de se soumettre aux lois cléricales et plus encore aux lois militaires.
    Au fur et à mesure des revers de fortune le train de vie des Vian s'amoindrit, les obligeant à quitter l'hôtel particulier rue de Versailles pour une villa plus modeste. Ce qui leur fait rencontrer Jean Rostand et son fils François, leurs voisins. Mais la crise de 29 ne les épargne pas et ils sont obligés de louer la villa à la famille Menuhin (dont le fils Yehudi fut un grand violoniste international), et d'habiter la maison du gardien. Paul Vian, contraint à travailler pour gagner sa vie, traduit d'abord des textes anglais Mais cela ne suffisant pas, il travaille comme représentant pour les médicaments homéopathiques de l'Abbé Chaupitre.

    C'est à l'âge de douze ans que Boris Vian a une crise de rhumatisme articulaire aiguë, ce qui entraîne une insuffisance aortique. En clair, il ne pourra vivre une vie paisible et longue à cause de son coeur faible.
    Après des rudiments inculqués à domicile par une institutrice privée, Vian entre en petite classe au lycée de Sèvres puis entre en 3ème au lycée Hoche en 1932 où il étudie le latin et le grec. Il obtient son premier Bac à 15 ans. Malheureusement en 1935 il est atteint d'une fièvre typhoïde grave. Sa mère redouble de vigilance à son égard, ce que Boris trouve excessif.

    À dix-sept ans, il obtient un baccalauréat de philosophie et de mathématiques au lycée Condorcet à Paris.Il devient membre du Hot Club Jazz de France en tant que trompettiste. Son père fait construire une salle de Bal au fond du jardin, ce qui fait le bonheur de ses enfants qui animent dès lors des surprises-parties pouvant réunir jusqu'à 400 personnes.

     
     Boris se produit dans quelques maisons mondaines de Ville d'Avray avec son premier orchestre "Accord Jazz" (se composant d'Alain, Lélio, Francois Rostand, et quelques autres).
    C'est en 1938 aussi que Boris Vian vit le premier de ce qu'il appellera les " trois grands moments de son existence " : le concert de Duke Ellington à Paris (qui deviendra plus tard un grand ami de Boris). Mais une chose le tourmente : "Les filles" ; il y a bien eu des baisés volés, des accolades sensuelles, mais la mère Pouche lui a tellement fait peur avec la syphilis, les croqueuses d'hommes, et autre qu'il ne se sent pas l'âme d'un Don Juan.

    En Juin 39, Boris est reçu au concours d'entrée à l'École Centrale des Arts et Manufactures ( 125ème sur 313 ). Puis vient l'été, 10 jours de délivrance, c'est la première fois qu'il part ailleurs qu'à Lerdamer en vacances, et rencontre Monette, sa première petite amie ("officielle") à Saint-Jean-de-Monts. Mais, à peine rentré à Ville d'Avray, le 3 Septembre, la guerre éclate.


    Printemps 1942, Alain joue de la batterie dans le trio amateur du clarinettiste Claude Abadie. Le groupe remporte la grande coupe du Hot Club de France. Alain présente ses frères à Claude. Ils forment alors un groupe qui prend le nom de "groupe Abadie-Vian"  et répète deux fois par semaine. .
    L'orchestre Abadie-Vian se produit de plus en plus souvent en public et participe à de nombreux concours. Il se compose désormais des trois frères Vian, Jackie Daubois au piano, Edouard Lassal au violoncelle et Claude Abadie à la clarinette et à la direction de l'ensemble.
    Ces représentations lui permettent d'échapper à son métier d'ingénieur à l'Afnor qui lui pèse de plus en plus. Boris s'amuse même à décrire le mode de vie de quelques-uns uns de ses collègues dans Vercoquin et le plancton ainsi que dans le Manifeste du COCU.

    En Septembre 1943, Alain et Lélio partent pour le STO ( Service du Travail Obligatoire ), et le Major est envoyé en Avril dans un chantier de jeunesse par son père.
    Boris rencontre Claude Luter grand jazzman de style "Nouvelle-orléans" en Janvier 1944, ils projettent même d'enregistrer ensemble.


    Le 2 Janvier 1944, l'orchestre Claude Abadie prend part au septième Tournoi des amateurs ; La presse spécialisée en garde une excellente impression mais comme l'orchestre a joué une oeuvre américaine (ce qui était interdit sous l'Occupation), il est déclassé. En Mars Boris envoie, sous le pseudonyme Bison Ravi, un poème intitulé Référendum en forme de ballade à la revue "Jazz Hot", qui le place second du concours.
     Après la libération, le groupe Abadie-Vian est sollicité de toute part. C'est là que Boris se lie d'amitié avec Claude Léon revenu d'un camp de concentration et ancien batteur du groupe Abadie, amateur de voiture et de course automobile, comme Boris.
     Il revient dans l'orchestre qui prend sa forme définitive. Le groupe est alors considéré comme l'un des meilleurs groupes de jazz amateurs de l'époque par les connaisseurs. Bien qu'ils se produisent devant les GI's américains, ils doivent se battrent (et parfois physiquement) pour jouer du Jazz (américain) confondu avec la musique nègre décadente.

    Boris écrit des chansons jazz en français, ainsi que des nouvelles qu'il envisage de regrouper sous le titre Les lunettes fourrées........... à suivre
     Boris Vian dansant
                     
                                                                                           
    Boris à sa fenêtre



















    Le 22 Juin, Denis Bourgeois, rappelle à Boris Vian que le lendemain est projeté le film J'irai cracher sur vos tombes en séance privée, et que sa présence est fortement recommandée.
    Le 23 Juin 1959, à 10 heure, Boris se rend au Petit Marbeuf près des Champs-Élysées, et meurt dès les premières scènes, trop d'émotions, trop de tapages...


    Au cimetière de Ville-d'Avray, les employés des pompes funèbres sont en grève, ses amis doivent eux-même mettre le cercueil en terre, scène digne d'un bon roman de Vian.



    La biographie  de Boris Vian est un" véritable roman" , ainsi qu'une leçon d'histoires . Tout est relaté date par date. C'est passionnant ! si sa biographie complète vous intéresse:
    voici la réf. 
    http://www.borisvian.fr/sommaire.php?to=biographie

    Je me suis arrêtée ou commence la partie littéraire. Si vous avez aimez la première partie, deux solutions:
      - 1 vous allez lire la biographie
      - 2 je veux bien faire un tome 2

    J'espère vous avoir fait aimer ou mieux connaitre cet auteur mort à 39 ans .

     
                                                         Bonne nuit
    Partager via Gmail

    votre commentaire

  • Samedi matin lever tôt dans la joie et la bonne humeur. Direction Romorantin .
    Comme nous ne savions pas l'heure de notre retour, normal ! une brodeuse lâchée dans un salon de créatrices(eurs) de broderie, qui pourrait savoir combien de temps il lui faut pour tout voir et revoir......!  Je vous le demande ?
    Hop! dans la voiture Roy, Colin !

    Après 2 petites heures , Romorantin nous voilà !  Visite du parking en plein soleil, 1,2,3 tours pas une place. Soudain je vois un arbre planté sur un coin d' herbe encerclé de rebords en béton et de l'ombre. Super! gares-toi, mais zhomme "on doit pas avoir le droit "   moi tout ce que je vois c'est l'ombre accueillante pour nos petits chéris.....!

    Je pars acheter une place , une seule car, j'ai eu la chance de gagner 1 place, offerte par
         Isa Haccourt Vautier

    Je suis sur un petit nuage....

    Très beau salon avec des allées bien larges le tout très bien organisé ,  et un accueil sympa et convivial des membres  du club " Les Petits Points de Sologne".


    Droit devant moi, le stand d'
    Annick Abrial  . J'ai eu le bonheur de faire sa connaissance au Salon des Créateurs à Plaisir.

     















     Il faisait une telle chaleur dans le salon que la créatrice " Au Chat qui Dort" est venu chercher un peu de fraîcheur au stand d'Annick , et papoter un peu.


    Me voici au stand d'une créatrice que j'aime beaucoup " Marie-Thérèse de Saint Aubin " connu aussi sous le nom de MTSA . J'adore ses chats !


      Stand  ISABELLE HACCOURT VAUTIER'une créatrice que j'aime beaucoup et que j' ai eu le plaisir de rencontrer pour la 1ère fois à Chartres .  Un salon tout, tout près de chez moi... !  Je cherche des cartes collectors qui me manquent et que l'on ne trouve que sur les salons.

    Je suis toujours sur mon nuage ! car je n'ai pas doublé voir triplé les cartes pour envoyer aux copines !  j'ai laissé à la maison les livres pour être dédicacés ! mais où ai-je la tête ?



















    Le stand " AU CHAT QUI DORT "   Je les ai rencontré au salon de Plaisir. 2 personnes charmantes et très gaies.  J'ai oublié de photographier mes achats ! 2 adorables chats " Luna" et " Téa !  Vous connaissez ?




     Stand AMAP (à mon ami pierre)

     Stand de Maryse  " LES GRILLES DE MARYSE "  qui nous offre si généreusement de très jolies grilles.



















    Qui peux me donner le nom de cette créatrice ??


    Stand  dont j'ai oublié le nom !



      Stand de " TOM et LILY "



    Stand de " ORBIS PICTURA "  créatrice très sympathique, souriant à Mr mon mari .... pour la photo !!!

































    Stand " LE LIN D'ISABELLE " créatrice  charmante rencontré à Plaisir ! Ce jour là elle avait un tout petit stand.  Très contente de voir qu'il c'est agrandit ! 

































    Stand  " LES BOUTIS DE LUCIE "


    Stand " LES P'TITS POINTS DE SOLOGNE "


    Stand " MALIN MALINE "   Créatrice  pétillante

     

                                                                                                                      Stand " La sylfide Toquée "  Agnès Mourier et son mari
                                                                                                                 Très sympathiques !  nous avons beaucoup bavardé .
       
     




















        MES  ACHATS 



        Quelques échevettes chez  Annick Abrial



      Toiles et fils chez   " REVE DE COULEURS "  personne charmante et de bons conseils. J'ai adoré cette toile ainsi que  les fils.    Ce que je vais broder ! aucune idée à ce jour.  Donnez-moi des idées......!

     Toile de lin  chez  " LA SYLPHIDE  TOQUEE "  très sympathique, charmante.

      Je termine avec les cartes   "Créations d' Isa Vautier "





     Je pense avoir été très raisonnable !  



     J'ai trouvé ce salon formidable! où peut-on trouver autant de créatrices réunies ?
     bien sur dans des gros salons comme" l'aiguille en fête ". Mais  il faut parfois faire la queue pendant  1/2 h   pour approcher une créatrice !   c'est un salon qu'il faut connaître, mais ce n'est pas comparable....

     Je n'ai rencontré que des créatrices charmantes, souriantes avec qui  j'ai , nous, avons discuté .
      J'ai retenu deux choses :
       * le problème du piratage qui  "les bouffe"  !!!   

       * être "remerciée" d'avoir  "remercié"  
       ex:  au stand de Maryse , je lui dis  que j'aime beaucoup ses broderies,  elle me répond , " merci, c'est gentil" et je la remercie pour toutes les belles grilles quelle nous offre et elle me répond " merci ça me fait plaisir".  

      C'était rassurant de savoir que l'on aimait ce quelles faisaient !







     ps : j'espère n'avoir écris aucune bettise, et n'avoir offensé personne !  si tel était le cas, j'en demande pardon...



       

      


          






























































    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  
     Bonjour à toutes les mamans, je vous souhaite une bonne fête entourée de votre famille. 
    Que l'amour soit le maître mot de cette journée


    J 'ai choisis ce poème, que j'ai tout de suite aimé ! 






    Poème de Vanessa Jacquin


    Parfois la mer a ses tourments,
    Le ciel alors se voile d'un habit gris,
    Elle même devenue berceau de noirceur,
    L'air suit le geste, n'osant protester et se refroidit.
    Tout le microcosme s'en trouve chamboulé.
    Puis, s'apaisant d'elle même,
    Elle retrouve peu à peu ses couleurs gaies et vivifiantes,
    Elle se régénère en un souffle chaud et humide,
    Nous livrant toute l'immensité de sa force et de sa sagesse.
    La vigueur de son impalpable amour nous saisit,
    Ecumant nos moindres doutes ou torpeurs.
    La mer se fait amie, amour, mère, confidente, muse, déesse
    Et nous retrouvons en son sein un nid de certitudes
    Sûr qu'elle fait partie de nous et nous d'elle
    Et que par ce lien fragile et éternel,
    Nous savons que nous l'aimerons à jamais,
    Même s'il elle n'en demeure pas moins un insondable mystère.

     








    à bientôt

    Partager via Gmail

    votre commentaire